Archives du mot-clé 4-6 ans

Toutes les ressources pour les enfants de 4 à 6 ans.

Séquence 3 : Animation pour les 4-6 ans

OPTION 1 : la radicalisation

Objectifs pédagogiques

Je découvre que je n’ai pas toujours raison mais que Dieu m’aime toujours malgré mes erreurs. Texte biblique en appui : la parabole du fils qui a décidé de partir de chez lui.

Texte biblique : Luc 15.11-32

La parabole du fils qui a décidé de partir de chez lui donne l’occasion de se pencher sur le cheminement de ce fils cadet qui choisit de considérer son père comme s’il était mort (en réclamant son héritage) et de partir vivre sa propre vie. Jusqu’au moment où il découvre qu’il s’est trompé… Mais est-ce déjà trop tard ?

Narration du texte : utiliser comme support le dessin animé ci-dessous ou un livre (il en existe de nombreux) pour raconter l’histoire. On peut aussi la jouer avec des personnages Playmobil®. Pour s’assurer de la compréhension du texte, faire rejouer la scène aux enfants à l’aide des figurines.

Discussion

Quelques questions pour entrer dans le texte :

  •  Quels sont les personnages de la parabole ?
  • Des trois personnages (le fils cadet, le fils aîné, le père), qui s’est trompé ? qui a eu raison ? Pourquoi ?
  • Qu’est-ce qui a permis au fils le plus jeune de découvrir qu’il s’était trompé ? Quelle était son erreur ? Est-ce qu’il a eu tort de vouloir vivre sa vie ou est-ce qu’il s’est trompé sur sa façon de voir son père ?
  • Pourquoi le fils aîné est-il certain d’avoir raison ? Que faudrait-il pour qu’il découvre qu’il se trompe lui aussi ?
  • Duquel des deux fils vous sentez-vous le plus proche ? Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de vous rendre compte que vous aussi vous vous trompez ?
  • À qui faites-vous le plus confiance ? Pourquoi ? Est-ce que vous pensez qu’il ou elle ne se trompe jamais ?

Être témoin

  • Est-ce que c’est très grave de se tromper ? Pourquoi ?
  • Est-ce que vous pensez que les adultes se trompent aussi parfois ? Pourquoi ? C’est ici l’occasion pour les catéchètes de témoigner de leurs erreurs…
  • Que nous inspire l’attitude du père ? Est-ce normal ? C’est aussi l’occasion ici de témoigner de l’amour de Dieu pour nous en dépit de nos doutes et de nos erreurs.

Activité : chemin à trouver, coloriage de la parabole

Autres coloriages et support de l’histoire en images dans les annexes images ou sur le blog « catessentiel » https://kt100ciel.blogspot.fr/

 

Prière

Jésus tu es mon ami

Alors je peux te dire la vérité

C’est vrai que je veux toujours avoir raison

Je sais que tu ne m’en veux pas

Je me sens plus léger

Parce que je peux t’avouer

Que je me suis déjà trompé.

 

OPTION 2 : la manipulation

 

Objectif de Séance

Pour porter des fruits, la Parole de Dieu doit être semée dans une bonne terre, c’est-à-dire à l’abri des menaces extérieures : « Celui qui a été ensemencé dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et comprend » (Matthieu 13.3-9,18-23)

 

Accroche

Une chanson à apprendre : Les étiquettes, de Noël Colombier.

 

 Le texte biblique : Matthieu 13.3-9,18-23

Quelles sont les bonnes conditions pour accueillir la Parole et en porter les fruits ? Être à l’abri des menaces de ceux qui cherchent à s’emparer de nous, et éviter d’être encombré et influencé par les éléments extérieurs.

Celui qui, comme Ravaillac, se laisse manipuler par des personnes extérieures, est comme la graine semée au bord du chemin : elle est exposée à la menace des oiseaux, à la menace du Mal qui « vient et s’empare de ce qui a été semé » (v. 18). Au contraire, pour que la Parole de Dieu puisse germer, pousser et porter des fruits, elle doit tomber dans une terre bien préparée, dans un sol meuble, où les graines s’enfoncent et où les futures racines pourront s’élancer en profondeur.

 

Activité manuelle

Fabriquer avec les enfants un semoir pour faire germer des graines (fleurs, céréales ou lentilles) :

  • Des récipients (boîte à œufs, coquilles d’œufs, petits pots de yaourt…)
  • Terreau
  • Graines (lentilles ou autres)

Idées de semoirs : https://magazine.laruchequiditoui.fr/semis-100-recup/

 

Temps de prière

Un temps de prière libre où chacun peut s’exprimer pour demander à Dieu sa protection pour que sa Parole grandisse en nous.

Séquence 2 : Animation pour les 4-6 ans

Objectifs pédagogiques

  • Je comprends la définition du prochain donnée par Jésus : quelqu’un qui décide de s’approcher des autres, de ceux qui ne sont pas comme lui.
  • J’exprime la difficulté et peut-être la peur que je peux ressentir à l’dée de m’approcher (devenir le prochain) de quelqu’un qui est différent de moi.
  • L’objectif est de faire réfléchir les enfants aux obstacles, aux difficultés, à tout ce qui peut empêcher de décider d’apporter amour et soin à ceux qui en ont besoin. L’enjeu consiste à laisser les enfants exprimer le tiraillement entre l’envie d’aider celui qui a besoin et la peur de s’approcher d’un inconnu.

 

Le texte Biblique : Luc 10.25-37, le bon Samaritain

  • « Comment entrer dans le royaume de Dieu ? » c’est la question posée à Jésus par un maître de la loi qui connait la réponse mais qui cherche à le mettre en difficulté, à le provoquer. Jésus répond à cette question-piège par une autre question : « Que dit la loi ? » et bien sûr la réponse est connue du maître de la loi : « Tu dois aimer Dieu de tout ton cœur, tu dois aimer ton prochain comme toi-même » et, comme pour sauver la face, il relance la question : « Mais qui est mon prochain ? »
  • C’est pour répondre à cette question que Jésus raconte l’histoire du bon samaritain…
  • Avant de raconter l’histoire aux enfants, il est important de présenter les personnages en expliquant leur fonction dans la société : un prêtre (c’est comme un pasteur) ; un lévite (qui sert au temple, comme un responsable de l’Église, un conseiller presbytéral) ; un Samaritain (homme venant du pays d’à côté et détesté pour cela par les Juifs). Pour Jésus, le « prochain » ce n’est pas le malheureux blessé mais c’est celui qui décide de s’approcher de celui qui est dans le besoin, blessés ou malheureux… c’est cela être « le prochain », s’approcher des autres pour les aider !
  • Petite vidéo pour vous aider : https://www.youtube.com/watch?v=Ly5e_50mTF8

 

Animation 1 : Tous en scène !

  • Raconter l’histoire aux enfants à l’aide des personnages Playmobil. Veiller à bien avoir tous les personnages, ne pas hésiter à ajouter des accessoires : charrette pour transporter le blessé, maison pour l’abriter, décors d’arbre ou autre … Ensuite, proposer aux enfants de jouer eux-mêmes l’histoire en choisissant un personnage qu’ils feront parler en essayant de comprendre ses motivations et ses craintes : pourquoi décide-t-il de passer son chemin ? Pourquoi l’autre décide-t-il de devenir prochain du blessé ? On peut rejouer une nouvelle fois l’histoire en échangeant les rôles car les enfants ont besoin de répétition pour intégrer le message. Lorsque les enfants jouent un rôle, il est intéressant de les laisser d’abord s’exprimer et de compléter seulement à la suite les oublis ou les erreurs de compréhensions lors des échanges entre les personnages.
  • Suggestion : Vous pourrez prendre des photos de chaque plan, et réaliser ensuite un montage pour faire le film de l’histoire, ce montage pourra être visionné lors d’un culte.
  • Proposition alternative : imprimez les personnages et décors ci-dessous sur du papier cartonné, découpez-les et collez-les sur de petites tiges en bois (du genre des baguettes chinoises) pour faciliter leur manipulation. Les enfants pourront rejouer l’histoire avec leurs propres mots.

 

Animation 2 : Jeu du cabinet du docteur

  • Rapportez de chez vous diverses poupées et peluches que vous aurez récupérées de vos greniers, qu’elles soient vieilles, abîmées ou mal en point ou encore en très bon état ! Ramenez aussi des pansements, bandages, thermomètres ou toutes sortes de produits utilisés pour des premiers soins. Proposez aux enfants de jouer aux « docteurs » pour soigner les poupées et peluches qui en ont le plus besoin. Vous pouvez cacher les « malades » dans la pièce et même à l’extérieur, les enfants vont jouer aux pompiers en allant chercher les blessés !
  • L’objectif est de faire réfléchir les enfants aux obstacles, aux difficultés, à tout ce qui peut empêcher de décider d’apporter l’amour et le soin à ceux qui en ont besoin. L’enjeu consiste à laisser les enfants exprimer le tiraillement entre l’envie d’aider celui qui a besoin et la peur de s’approcher d’un inconnu potentiellement dangereux.

 

Prière

  • Expliquer aux enfants que l’on parle à Dieu comme on parle à un papa ou à une maman, on peut lui dire : Merci… S’il te plaît … Pardon…
  • Chaque enfant peut chercher dans son entourage ou à l’école des personnes qu’il n’aime pas ou qui lui font peur et demander à Dieu de l’aider à surmonter ce sentiment.

On peut suggérer aux enfants de prendre un petit galet dans leur main et le déposer au centre du groupe en même temps que leur prière.