Archives pour la catégorie 3-La conscience manipulée et radicalisée : l’assassinat d’Henri IV

Séquence 3 : Pour aller plus loin avec des adultes

 

Faire lire le chapitre 4 du livre De Luther à Luther King, une histoire protestante de la liberté de conscience : La conscience manipulée.

 

  • Comment définiriez-vous un fanatique ? Voyez-vous une différence avec le mot ‘radicalisé’ que l’on utilise volontiers aujourd’hui ?
  • Que cherche ultimement le fanatique ? Quels ressorts psychologiques sont en œuvre dans sa démarche ?
  • Dans le texte de Genèse 22 (le sacrifice d’Isaac), peut-on dire que d’une certaine manière Abraham a été fanatisé ? Comment Dieu s’y prend-t-il pour le faire changer d’avis ?
  • Les chrétiens risquent-ils eux aussi de tomber dans le fanatisme ou le radicalisme ? Où les voyez-vous s’exprimer ?
  • Vous arrive-t-il vous aussi de rêver d’un monde où tout le monde serait croyant et soumis à la volonté de Dieu ?
  • Ce côté hégémonique de la foi vous fait-il peur ? Comment s’en prémunir ?
  • Jésus a-t-il été fanatique ? Comment définiriez-vous son attitude pourtant intransigeante ? En quoi peut-elle nous inspirer aujourd’hui ?

Séquence 3 : Animation pour les 15 ans et plus

OPTION 1 : LA MANIPULATION

Objectifs de Séance

  • Je découvre que le groupe n’a pas toujours raison et que tout le monde peut être manipulé.
  • Je découvre et j’apprends à identifier les influences que je subis et j’essaie de trouver le chemin de ma liberté.
  • J’identifie à qui je fais confiance pour croire ce que je crois. Je comprends la nécessité de faire des choix « en conscience »

Texte biblique de référence :

  • Option 1 : Jean 19.1-16 (la foule exige la mort de Jésus)
  • Option 2 : Genèse 22.1-14 (le sacrifice d’Isaac)

 

Accroche : Quel méli-mélo !

Imprimer le texte biblique de Jean 19.1-16 et découper chaque verset.

Donner aux catéchumènes les versets dans le désordre.

Travail collectif en petit groupe pour reconstituer l’histoire.

Lire le récit tous ensemble.

 

Le texte biblique : Jean 19.1-16 (La foule réclame la mort de Jésus)

Jésus se retrouve face à une foule en furie qui hurle, crie, tempête pour exiger sa mort. Une semaine avant, elle l’acclamait comme un roi à son entrée à Jérusalem monté sur un âne (cf. Matthieu 21.1-11). Que s’est-il passé pour qu’elle veuille lyncher celui qu’elle vénérait il y a juste quelques jours encore ? Qu’est-ce qui a bien pu lui “retourner la tête”, lui faire changer d’avis à ce point pour qu’elle veuille maintenant le voir mourir ? Bien pire, la foule en est même venue à préférer relâcher le brigand Barabbas (cf. Matthieu 27.11-26) que de laisser la vie sauve à Jésus ! Il faut mener l’enquête pour retrouver les motivations de sa condamnation à mort.

Cette histoire donne l’occasion de réfléchir à ce qui a bien pu façonner la décision de la foule. Est-ce une décision libre et mûrement réfléchie ? Est-ce une condamnation juste après un procès équitable ? Ou est-ce un lynchage public ? Qui a intérêt à cette décision ? Qui décide en fin de compte ? N’est-ce pas le fruit d’une manipulation de la foule pour des raisons politiques ou religieuses ?

Ponce Pilate le gouverneur romain, est-il le seul à détenirl’autorité politique, le seul habilité à prendre la décision de condamner un homme à mort ? Jésus est-il condamné à mort pour un motif politique comme “roi des juifs” qui contesterait l’autorité de Rome ou comme agitateur révolutionnaire cherchant à provoquer un soulèvement populaire contre Rome ?

Les pharisiens et les autres autorités juives donnent des arguments religieux à sa condamnation : Jésus se serait “fait” Fils de Dieu ? D’abord il faudrait trouver un texte dans la loi juive (dans l’Ancien Testament) qui interdit à un homme de se prétendre fils de Dieu (cf. par exemple le Ps 2 qui donne le titre de Fils de Dieu au Roi David lors de son intronisation royale). Ensuite il faudrait prouver la véracité de cette accusation : est-ce qu’il y a un passage de l’évangile où Jésus se “fait” fils de Dieu (cf. le Prologue de Jean 1.1-14 qui déclare que Jésus est Dieu AVANT même la création du monde) ?

Qui a poussé la foule dans cette direction ? Cette question des motivations d’une mise à mort se retrouve à peu près dans les mêmes termes que lors de l’assassinat du roi Henri IV par Ravaillac : motifs politiques ? religieux ? fanatisme ? manipulation ?

Vidéo

Vous pouvez regarder le début de  cette vidéo pour donner envie aux jeunes de la visionner entière chez eux plus tard, car elle est un peu longue

Les techniques de la manipulation, tous manipulés.

Faisons le lien

Analyser les différentes étapes qui ont amené à l’arrestation, au jugement et à la condamnation de Jésus : qui a pris la décision, (les Romains, les chefs juifs ou la foule ?) Est ce que quelqu’un est manipulé ? Si oui comment ? Comment Pilate essaie-t-il de résister à la pression de la foule ? Quels arguments sont développés par ceux qui veulent la mort de Jésus ?

 

Discussion

Pouvez-vous trouver des exemples dans l’actualité de situations similaires (sans forcément aller jusqu’à la mort).

Qui vous informe de ce qui se passe autour de vous ? Comment être sûr que c’est la vérité ?

Identifiez ce qui vous touche personnellement dans un film ou l’actualité par exemple et expliquez pourquoi. Y a-t-il des films ou des émissions de télévision que vous refusez de voir ? Des évènements qui vous ont marqué ? L’intérêt consiste à faire prendre conscience de ce qui m’influence et notamment le pouvoir des images.

L’animateur veillera à valoriser dans la discussion la nécessité d’apprendre à penser par soi-même, savoir résister aux méthodes de manipulations utilisées par les professionnels des médias, de la publicité, de la politique … savoir dire non aux autres, et à oser exprimer ses convictions…même à contre-courant…

 

Temps de prière

On peut utiliser un support pour aider les enfants à s’exprimer : mettre à disposition des petits papiers avec des mots déjà écrits ou les inscrire sur un dé de prière que chacun lance pour découvrir un mot (ou une expression)

Par exemple utiliser les mots : vérité, mensonge, recherche, erreur, étiquette, mort, foi, amour…

 

OPTION 2 : LA RADICALISATION

 

Le texte biblique : Genèse 22.1-14 (le sacrifice d’Isaac)

Jusqu’où peuvent aller nos actes à l’épreuve de la foi ?

Abraham est le père dans la foi pour les religions juive, chrétienne et musulmane et il est la figure principale du livre de la Genèse rédigé entre les VIIe et Ve siècles av. J.-C.

Abraham, qui est d’abord nommé « Abram » (en hébreu : אַבְרָם, ābram = « mon père est grand »), est un descendant de Sem, fils de Noé. Il est fils de Terah et a deux frères, Nahor et Haran. Haran meurt en laissant un fils, Loth.

Abram épouse sa demi-sœur Saraï (Sarah = princesse en hébreu), qui se révèle stérile.

Alors qu’Abraham est âgé de cent ans, son fils Isaac (= Rire, en hébreu) naît.

C’est en Genèse 22 que l’histoire du sacrifice d’Isaac est racontée. La portée générale de ce texte est de montrer que la foi d’Abraham envers son Dieu est totale !

 

Ci-dessous des commentaires inspirés du travail du pasteur Louis Pernot. Il s’agit d’une des analyses possibles de ce texte, il en existe bien d’autres, celle-là ne prétend pas détenir « la vérité »… Pour notre travail, retenons quelques points théologiques importants :

En se basant sur le commentaire de Genèse 22 du pasteur Louis Pernot (voir annexe) reprenant l’analyse de Marie Balmary (cf. Le sacrifice interdit, Paris, Grasset, 1986)

Premier point important : le fanatisme. Le fanatisme n’est pas si loin de nous …

Et si Abraham s’était trompé ? Et si au départ, il avait eu une idée de Dieu complètement fausse en imaginant que Dieu exige de lui de tuer son fils. Dieu peut-il vouloir des sacrifices humains ? En détournant son bras et en offrant un bélier à la place pour le sacrifice, Dieu serait alors venu corriger cette fausse compréhension d’Abraham.

Le texte de la Genèse dit que Dieu demande à Abraham d’offrir son fils en « holocauste », terme technique qui désigne un sacrifice rituel qui voit la victime entièrement brûlée pour être offerte au dieu (cf. Lévitique 1.1-17). Mais le mot « holocauste » en hébreu peut se traduire aussi tout simplement par « pour monter ». Abraham aurait alors compris « sacrifier » quand Dieu voulait peut-être juste dire « fais monter ton fils vers moi », c’est-à-dire : « Va et élève-le, fais-le monter plus haut, fais-lui découvrir une dimension spirituelle ».

Dans la première compréhension de Dieu, Abraham imaginerait qu’il faut absolument cesser de vivre, renoncer à être, pour être fidèle à Dieu, renoncer à toute joie, et à sa propre vie même… Car tuer son propre fils (surtout un fils unique, réalisation inespérée du désir d’Abraham et Sarah déjà vieillards (cf. Genèse 21.1-7) !) ne peut pas donner de la joie…

Avec une telle manière de comprendre qui est Dieu, Abraham pourrait être considéré comme un intégriste, un fanatique, en confondant la Parole de Dieu avec la projection de ce qu’il imagine. Il croit que Dieu lui demande d’aller jusqu’au bout, jusqu’au sacrifice de son fils. Heureusement, il acceptera quand même de changer sa vision des choses à la dernière minute en sacrifiant le bélier…

 

Deuxième point important : la certitude, être certain peut empêcher d’entendre et de laisser de la place à Dieu ou à d’autres … Appliquer des certitudes sans se remettre en cause ne mène qu’à la mort. C’est parce qu’Abraham est certain d’avoir entendu cet appel là qu’il embarque dans sa vision son fils, sans rien lui dire … Il l’enferme dans sa foi. Il lui fait porter le bois du sacrifice, il le charge lui-même du sacrifice qu’il lui impose et qui doit le tuer. Et finalement le lie. (D’ailleurs, dans la tradition juive, ce texte est appelé « la ligature d’Isaac »).

Troisième point important : Être en lien avec Dieu (alliance), marcher avec lui.

Dieu ne veut pas que nous ne soyons rien pour que lui soit tout. Il n’est pas question de nous anéantir pour laisser toute place à Dieu, mais de « faire alliance » avec lui. Or le sens même de toute alliance nécessite de respecter les deux partenaires.

Le but n’est pas de renoncer à vivre, mais d’avancer en harmonie avec les différentes dimensions de son existence et ainsi de servir Dieu. Et en effet, Abraham, finalement, ne tuera pas Isaac, mais AVEC lui il va offrir le bon sacrifice à Dieu.

Il faut marcher, avancer, marcher avec Dieu, marcher vers Dieu, marcher avec ceux que l’on aime, sans chercher ni à les étouffer, ni à les tuer. Et dans cette marche, aller vers l’accomplissement de soi- même et de ce que Dieu attend de nous.

Discussion

Demander à chacun ce qu’il pense de cette histoire… Existe-t-il des actualisations possibles ?

À l’époque d’Abraham, les sacrifices d’enfants – surtout les premiers-nés – n’étaient pas rares. Les croyances de cette époque exigeaient parfois de tels sacrifices – sacrifices à Baal par exemple. Abraham est un homme de ce temps-là. Pourtant son Dieu, qui aussi le nôtre aujourd’hui, ne veut pas du tout que l’on tue des gens ou des enfants, juste pour lui faire plaisir ou pour lui dire que l’on croit en lui ! Il le prouve en envoyant un ange arrêter la main d’Abraham et un bélier pour remplacer Isaac.

 

Animation : tableau du sacrifice d’Isaac

Projeter le tableau sans dire de quoi il s’agit.

Tableau disponible sur :

Par petit groupe de 4 (autant que de personnages présents sur le tableau : Abraham, Isaac, l’ange, le bélier) réinventer une histoire pour exprimer ce que l’on voit sur le tableau : que s’est-il passé pour qu’on en arrive là ? Chaque groupe raconte son histoire sous forme théâtrale et doit finir dans la même position que sur le tableau projeté.

Lecture de Genèse 22.1-14

Retour sur l’expérience de la mise en scène et discussion sur le texte :

  • Qu’est-ce qui peut pousser à tuer ?
  • Nos convictions peuvent-elles nous amener à cet extrême ?
  • Assumons-nous toujours nos actes, même les plus barbares ? ou rejetons-nous la faute sur un autre, sur Dieu …

Dans l’histoire… et dans l’actualité

Il est possible de retrouver ce récit :

Ravaillac assassine Henri IV pour des raisons qui restent obscures à ce jour. A-t-il été manipulé par une haute autorité, est-il “victime” d’un complot ou bien a-t-il agi sur une pulsion personnelle? L’objet n’est pas tant de répondre à la question que de chercher à comprendre ce qui peut pousser un être humain à commettre un crime. Cette question est brûlante d’actualité.

Et moi dans tout ça ? Que me dit ma conscience ?

 

Vidéo

Pour aller plus loin dans la discussion, il est fortement conseillé de regarder avec les jeunes cette vidéo qui retrace l’expérience scientifique de Stanley Milgram qui analyse la question de la soumission à l’autorité et de l’obéissance aveugle aux autorités !

https://youtu.be/wUG_IN5ZdJw

 

Être témoin

Inviter des membres de l’ACAT si possible pour ouvrir un débat sur la peine de mort. Possibilité de visionner un passage du film « Une peine infinie ».

 

Temps de prière

On peut utiliser un support pour aider les enfants à s’exprimer : mettre à disposition des petits papiers avec des mots déjà écrits ou les inscrire sur un dé de prière que chacun lance pour découvrir un mot (ou une expression)

Par exemple utiliser les mots : vérité, mensonge, recherche, erreur, étiquette, mort, foi, amour…

 

 

Séquence 3 : Animation pour les 11-14 ans

 

Objectifs de la séance

  • Je découvre que le groupe n’a pas toujours raison et qu’il peut être manipulé.
  • Je découvre et j’apprends à identifier les influences que je subis et j’essaie de trouver le chemin de ma liberté.

Jean 19.1-16 : La foule réclame la mort de Jésus

Jésus se retrouve face à une foule en furie qui hurle, crie, tempête pour exiger sa mort. Une semaine avant, elle l’acclamait comme un roi à son entrée à Jérusalem monté sur un âne (cf. Matthieu 21.1-11). Que s’est-il passé pour qu’elle veuille lyncher celui qu’elle vénérait il y a juste quelques jours encore ? Qu’est-ce qui a bien pu lui “retourner la tête”, lui faire changer d’avis à ce point pour qu’elle veuille maintenant le voir mourir ? Bien pire, la foule en est même venue à préférer relâcher le brigand Barabbas (cf. Matthieu 27.11-26) que de laisser la vie sauve à Jésus ! Il faut mener l’enquête pour retrouver les motivations de sa condamnation à mort.

Cette histoire donne l’occasion de réfléchir à ce qui a bien pu façonner la décision de la foule. Est-ce une décision libre et mûrement réfléchie ? Est-ce une condamnation juste après un procès équitable ? Ou est-ce un lynchage public ? Qui a intérêt à cette décision ? Qui décide en fin de compte ? N’est-ce pas le fruit d’une manipulation de la foule pour des raisons politiques ou religieuses ?

Ponce Pilate le gouverneur romain, est-il le seul à détenir l’autorité politique, le seul habilité à prendre la décision de condamner un homme à mort ? Jésus est-il condamné à mort pour un motif politique comme “roi des juifs” qui contesterait l’autorité de Rome ou comme agitateur révolutionnaire cherchant à provoquer un soulèvement populaire contre Rome ?

Les pharisiens et les autres autorités juives donnent des arguments religieux à sa condamnation : Jésus se serait “fait” Fils de Dieu ? D’abord il faudrait trouver un texte dans la loi juive (dans l’Ancien Testament) qui interdit à un homme de se prétendre fils de Dieu (cf. par exemple le Ps 2 qui donne le titre de Fils de Dieu au Roi David lors de son intronisation royale). Ensuite il faudrait prouver la véracité de cette accusation : est-ce qu’il y a un passage de l’évangile où Jésus se “fait” fils de Dieu (cf. le Prologue de Jean 1.1-14 qui déclare que Jésus est Dieu AVANT même la création du monde) ?

Qui a poussé la foule dans cette direction ? Cette question des motivations d’une mise à mort se retrouve à peu près dans les mêmes termes que lors de l’assassinat du roi Henri IV par Ravaillac : motifs politiques ? religieux ? fanatisme ? manipulation ?

 

Accroche 

 Pour découvrir le texte biblique, donner aux enfants les versets dans le désordre, reconstituer l’histoire dans sa chronologie et la lire.

Pour imprimer le texte biblique : http://www.la-bible.net

 

 Discussion

Analyser les différentes étapes qui ont amené à l’arrestation, au jugement et à la condamnation de Jésus : qui a pris la décision, (les Romains, les chefs juifs ou la foule ?) est ce que quelqu’un est manipulé ? si oui comment ? comment Pilate essaie-t-il de résister à la pression de la foule ? quels arguments sont développés par ceux qui veulent la mort de Jésus ?

Pouvez-vous trouver des exemples dans l’actualité de situations similaires (sans forcément aller jusqu’à la mort).

Qui vous informe de ce qui se passe autour de vous ? Comment être sûr que c’est la vérité ?

Identifiez ce qui vous touche personnellement dans un film ou l’actualité par exemple et expliquez pourquoi. Y a-t-il des films ou des émissions de télévision que vous refusez de voir ? Des évènements qui vous ont marqué ? L’intérêt consiste à faire prendre conscience de ce qui m’influence et notamment le pouvoir des images.

L’animateur veillera à valoriser dans la discussion la nécessité d’apprendre à penser par soi-même, savoir résister aux méthodes de manipulations utilisées par les professionnels des médias, de la publicité, de la politique … savoir dire non aux autres, et à oser exprimer ses convictions…même à contre-courant…

Être témoin 

Demander aux enfants de raconter une situation au cours de laquelle ils ont ressenti la pression du groupe (copains de la classe, club de sport, famille…) et la difficulté de s’en démarquer. Il est nécessaire que l’animateur ose témoigner de son vécu personnel sur ce thème notamment sur la difficulté d’oser dire sa foi chrétienne dans une société sécularisée.

 

Vidéo pour faire réfléchir

Vous pouvez regarder le début de la vidéo pour donner envie aux jeunes de la visionner entière chez eux plus tard car elle est un peu longue (presque 1h). « Les techniques de la manipulation, tous manipulés »

 

Animation : mettre en scène le procès des responsables de la mort de Jésus

Recréer un tribunal en répartissant les rôles entre les enfants : les juges, les avocats, les témoins, les experts, les accusés pour répondre à la question : « Qui est responsable de la condamnation à mort de Jésus ? »

–        Accusés : Ponce Pilate, les chefs des juifs, la foule

–        Texte biblique : Jean 19.1-16

–        Temps de préparation avec le texte biblique (1/2 heure)

–        Temps de plaidoiries (5 mn pour chaque partie : défense et accusation)

–        Temps du jugement (10 mn)

–        Discussion : l’enjeu consiste à faire prendre conscience aux enfants de la dilution des responsabilités, chacun essayant de faire porter le chapeau à l’autre

Activité : création d’un logographe

Trouver un ou plusieurs mots clés dans le texte et les illustrer en collant des lettres et décorer l’affiche pour illustrer le ou les mots choisis. Là où les affiches pourront être exposées et expliquées par les jeunes lors d’un culte. Explications avec le lien ci-dessous :

http://www.kt42.fr/2016/06/creer-un-logographe-panneau.html 

 

Ravaillac a assassiné le « bon roi » Henri IV

 Il est possible de retrouver ce récit :

 

Animation : Cluedo

        Petit voyage dans le passé… Une personne proche de Henri IV vient et demande au groupe de l’aider pour découvrir qui est le meurtrier du roi ? Par qui ? Il donne trois noms de suspects …

  • Par Ravaillac avec un couteau car il pense que Henri IV est contre le pape
  • Par Catherine de Médicis avec un chandelier car elle est jalouse du pouvoir
  • Par Marie de Médicis avec une flûte car elle sait que son mari s’est marié avec elle que par intérêt.

Il donne la feuille de route à trois équipes constituées:

Cluedo fiche personnages tableau 1Cluedo fiche personnages tableau 2Cluedo fiche personnages tableau 3Cluedo fiche personnages 1

  • Ravaillac – Catherine de Médicis – Marie de Médicis
  • Catherine de Médicis – Marie de Médicis – Ravaillac
  • Marie de Médicis – Ravaillac – Catherine de Médicis

Chaque groupe commence à aller voir son premier personnage et doit rester 5 minutes avant d’aller rencontrer son second et son troisième personnage.

À la fin des rencontres, les 3 équipes se retrouvent dans une pièce pour échanger à propos de leurs rencontres et pour décider ensemble qui est meurtrier.

Discussion autour des réponses, et l’ami d’Henri IV leur demande de trouver une enveloppe dans un endroit défini avec la réponse à l’intérieur … (Par Ravaillac avec un couteau car il pense que Henri IV est contre le pape). Un des personnages lui a révélé l’identité du tueur !

 

Faisons le lien (avec le récit de la foule qui exige la mort de Jésus)

 La découverte de l’histoire de l’assassinat de Henri IV par Ravaillac doit être l’occasion d’investir ce qui a été discuté autour du texte biblique (Jean 19.1-16).

On remarquera assez facilement le parallèle des situations : la foule manipulée crée les conditions d’un assassinat politico-religieux, la dispersion de la responsabilité (dans les deux cas, il semble très difficile de dénoncer qui porte la responsabilité d’avoir pris la décision).

Cette discussion sera l’occasion de réfléchir avec les adolescents sur la question de leur liberté de penser, de prendre des décisions, des lieux de manipulation possible, des motivations cachées…qui a intérêt ou est susceptible de chercher à les manipuler ?

 

 Prière

On peut utiliser un support pour aider les catéchumènes à s’exprimer : mettre à disposition des petits papiers avec des mots déjà écrits ou les inscrire sur un dé de prière que chacun lance pour découvrir un mot (ou une expression). Par exemple utiliser les mots : vérité, mensonge, recherche, erreur, étiquette, mort, foi, amour…

Séquence 3 : Animation pour les 7-10 ans

OPTION 1 : la radicalisation

 

Objectifs de séance

Je découvre que tout le monde peut se tromper et qu’il ne suffit pas de penser qu’on a raison pour que ce soit vrai : Parabole du fils qui a décidé de partir de chez lui (Luc 15.11-32).

 

Texte biblique : Luc 15.11-32

Un fils cadet qui part vivre sa vie tout seul, comme si son père était mort. Un fils aîné qui reste bien sagement à la maison. Et pourtant les deux se trompent, mais ils ne le savent pas encore ! L’un et l’autre devront faire un chemin personnel pour prendre conscience qu’ils se sont trompés. Il faudra que le père courre de l’un à l’autre pour les aider dans ce cheminement intérieur. Il s’agit pour eux de découvrir que la sincérité n’est pas toujours un gage d’être dans la vérité absolue !

Vidéo www.theobule.org – le fils prodigue

La parabole en dessin animé :

 

Discussion

Quelques questions pour entrer dans le texte :

  •  Quels sont les personnages de la parabole ?
  • Quelle est l’évolution de chacun des personnages ? Essayer de retracer le cheminement de chacun.
  • Des trois personnages, qui s’est trompé ? qui a eu raison ?
  • Le fils cadet a considéré son père comme mort et a réclamé son héritage avant de partir vivre sa vie. Est-ce qu’il s’est trompé ? Pourquoi ? L’histoire raconte comment et pourquoi il a décidé d’essayer de revenir en arrière… Qu’est ce qui lui a fait découvrir son erreur ? Quelle était son erreur : avoir voulu être libre ou avoir pensé que son père considérait ses enfants comme des serviteurs ? Comment son père lui fait découvrir qu’il s’est trompé ?
  • Le fils aîné, lui, pense qu’il ne s’est pas trompé en restant près de son père… Et pourtant, est-ce qu’il ne s’est pas trompé lui aussi ? Quelle a été son erreur ? Que faudrait-il pour qu’il en prenne conscience ?
  • Duquel des deux fils vous sentez-vous le plus proche ? Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de vous rendre compte que vous aussi vous vous trompez ? Pourquoi est-ce difficile d’avouer qu’on s’est trompé ?
  • À qui faites-vous le plus confiance ? Pourquoi ? Est-ce que vous pensez qu’il ou elle ne se trompe jamais ?
  • Est-ce que c’est très grave de se tromper ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui nous aide le plus à découvrir nos erreurs : les punitions ou un geste d’amour ? C’est ici l’occasion de faire découvrir que le père ne cherche pas à punir les erreurs de ses fils mais son amour leur fait prendre conscience qu’un autre chemin est possible…

 

 Être témoin 

 –        Est-ce que vous pensez que les adultes se trompent aussi parfois ? Pourquoi ? (C’est ici l’occasion pour les catéchètes de témoigner de leurs erreurs…)

–        Que nous inspire l’attitude du père ? Est-ce normal ? C’est aussi l’occasion ici de témoigner de l’amour de Dieu qui nous aide à prendre conscience qu’on s’est trompé de chemin de vie pour revenir.

–        En racontant cette histoire, Jésus nous montre que l’amour de Dieu peut nous aider à transformer nos échecs en victoires, nos erreurs en chemin de vérité.

 

Activité d’appropriation 

Bande dessinée à compléter : écrire les dialogues sur chaque image.

Rejouer l’histoire en l’actualisant : les enfants peuvent changer de rôle alternativement. On peut réaliser une petite vidéo à diffuser lors d’un culte, à mettre sur youtube en mode privé pour les parents.

Histoire à remettre dans l’ordre : noter le bon numéro sous chaque image pour refaire l’ordre chronologique.

Repas de fête : prévoir quelques bonnes choses à partager pour la fin de la séance pour symboliser l’accueil du père.

Dessin animé disponible sur https://youtu.be/BnT5s2baX-w

 

Ravaillac a assassiné le « bon roi » Henri IV

 Il est possible de retrouver ce récit :

 

Animation : Cluedo

Petit voyage dans le passé… Une personne proche de Henri IV vient et demande au groupe de l’aider pour découvrir qui est le meurtrier du roi ? Par qui ? Il donne trois noms de suspects …

  • Par Ravaillac avec un couteau car il pense que Henri IV est contre le pape
  • Par Catherine de Médicis avec un chandelier car elle est jalouse du pouvoir
  • Par Marie de Médicis avec une flûte car elle sait que son mari s’est marié avec elle que par intérêt.

Il donne la feuille de route à trois équipes constituées:

Cluedo fiche personnages tableau 1Cluedo fiche personnages tableau 2Cluedo fiche personnages tableau 3Cluedo fiche personnages 1

  • Ravaillac – Catherine de Médicis – Marie de Médicis
  • Catherine de Médicis – Marie de Médicis – Ravaillac
  • Marie de Médicis – Ravaillac – Catherine de Médicis

Chaque groupe commence à aller voir son premier personnage et doit rester 5 minutes avant d’aller rencontrer son second et son troisième personnage.

À la fin des rencontres, les 3 équipes se retrouvent dans une pièce pour échanger à propos de leurs rencontres et pour décider ensemble qui est meurtrier.

Discussion autour des réponses, et l’ami d’Henri IV leur demande de trouver une enveloppe dans un endroit défini avec la réponse à l’intérieur … (Par Ravaillac avec un couteau car il pense que Henri IV est contre le pape). Un des personnages lui a révélé l’identité du tueur !

 

Faisons le lien avec la parabole des deux fils

La découverte de l’identité du tueur dans le jeu du Cluédo doit être l’occasion d’une discussion sur le geste de Ravaillac. Il a cru que Dieu lui demandait de tuer le roi. Il était certain d’avoir raison (on peut faire le parallèle avec Daech si les enfants y pensent). Il a été condamné à mort pour son geste (écartelé)…

  • À partir du message de la parabole, qu’est-ce qui aurait pu le faire changer d’avis et l’aider à découvrir qu’il se trompait ?
  • Imaginez ce qu’il aurait fallu dire à Ravaillac pour lui faire prendre conscience qu’il se trompait.
  • Imaginez que Ravaillac rencontre Dieu (comme le fils cadet est revenu vers son père) : imaginez la demande de Ravaillac et la réponse de Dieu ?

 

 Prière

 Jésus tu es mon ami,

Alors je peux te dire la vérité :

C’est vrai que je veux toujours avoir raison.

Je sais que tu ne m’en veux pas ;

Je me sens plus léger

Parce que je peux t’avouer

Que je me suis déjà trompé.

Ou prière libre à l’aide d’un support (galet) ou cube de prière sur lequel on a écrit un mot sur chaque face : vérité, mensonge, amour, recherche, erreur, foi…

Option 2 : la manipulation

Objectif de la séance

Pour porter des fruits, la Parole de Dieu doit être semée dans une bonne terre, c’est-à-dire à l’abri des menaces extérieures : « Celui qui a été ensemencé dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et comprend » (Matthieu 13.3-9,18-23)

Accroche

Jeu des étiquettes (devine têtes) pour entrer dans l’histoire.

Étape 1 : L’animateur colle une étiquette (avec un nom de personnage célèbre) à chaque enfant qu’il colle sur son front. Ensuite, deux par deux les enfants se posent des questions pour deviner qui ils sont.

Tout le monde revient en grand groupe, et dit qui il est !

Chacun dit s’il a des points communs avec son personnages …

Et à la fin on lance la discussion sur les étiquettes que l’on pose à priori aux gens !

Faire donner des exemples par les enfants s’ils en ont.

 

Étape 2 : L’animateur se pose une étiquette (portrait d’Henri IV en annexe) sur le front, et tous les enfants posent des questions pour trouver le personnage !

Insistance sur le fait que c’était un roi qui n’aimait pas les étiquettes …

Portrait d’Henri IV : https://www.altesses.eu/princes_max.php?image=1b7d58df8e

Henri IV

 

Repères historiques : retour sur le meurtre d’Henri IV

 

Il est possible de retrouver ce récit en format audio : http://www.protestants2017.org/wp-content/uploads/2017/01/La-conscience-manipulee.mp3?_=24

et en format vidéo sur youtube et sur le DVD

 

Animation : Cluedo

                                                 

Petit voyage dans le passé… Une personne proche de Henri IV vient et demande au groupe de l’aider pour découvrir qui est le meurtrier du roi ? Par qui ? Il donne trois noms de suspects …

  • Par Ravaillac avec un couteau car il pense que Henri IV est contre le pape
  • Par Catherine de Médicis avec un chandelier car elle est jalouse du pouvoir
  • Par Marie de Médicis avec une flûte car elle sait que son mari s’est marié avec elle que par intérêt.

Il donne la feuille de route à trois équipes constituées:

Cluedo fiche personnages tableau 1Cluedo fiche personnages tableau 2Cluedo fiche personnages tableau 3Cluedo fiche personnages 1

  • Ravaillac – Catherine de Médicis – Marie de Médicis
  • Catherine de Médicis – Marie de Médicis – Ravaillac
  • Marie de Médicis – Ravaillac – Catherine de Médicis

Chaque groupe commence à aller voir son premier personnage et doit rester 5 minutes avant d’aller rencontrer son second et son troisième personnage.

À la fin des rencontres, les 3 équipes se retrouvent dans une pièce pour échanger à propos de leurs rencontres et pour décider ensemble qui est meurtrier.

Discussion autour des réponses, et l’ami d’Henri IV leur demande de trouver une enveloppe dans un endroit défini avec la réponse à l’intérieur … (Par Ravaillac avec un couteau car il pense que Henri IV est contre le pape). Un des personnages lui a révélé l’identité du tueur !

À la fin de l’animation, questions et discussion avec les enfants : connaissent-ils le nom d’autres personnes qui ont été assassinées ?

 

Texte biblique : la parabole du semeur (Matthieu 13.3-9,18-23)

Quelles sont les bonnes conditions pour accueillir la Parole et en porter les fruits ? Être à l’abri des menaces de ceux qui cherchent à s’emparer de nous, et éviter d’être encombré et influencé par les éléments extérieurs.

Celui qui comme Ravaillac se laisse manipuler par des personnes extérieures, est comme la graine semée au bord du chemin : elle est exposée à la menace des oiseaux, à la menace du Mal qui « vient et s’empare de ce qui a été semé » (v. 18). Au contraire, pour que la Parole de Dieu puisse germer, pousser et porter des fruits, elle doit tomber dans une terre bien préparée, dans un sol meuble, où les graines s’enfoncent et où les futures racines pourront s’élancer en profondeur.

 

 Temps de prière

Un temps de prière libre où chacun peut s’exprimer pour demander à Dieu sa protection pour que sa Parole grandisse en nous.

 

Séquence 3 : Animation pour les 4-6 ans

OPTION 1 : la radicalisation

Objectifs pédagogiques

Je découvre que je n’ai pas toujours raison mais que Dieu m’aime toujours malgré mes erreurs. Texte biblique en appui : la parabole du fils qui a décidé de partir de chez lui.

Texte biblique : Luc 15.11-32

La parabole du fils qui a décidé de partir de chez lui donne l’occasion de se pencher sur le cheminement de ce fils cadet qui choisit de considérer son père comme s’il était mort (en réclamant son héritage) et de partir vivre sa propre vie. Jusqu’au moment où il découvre qu’il s’est trompé… Mais est-ce déjà trop tard ?

Narration du texte : utiliser comme support le dessin animé ci-dessous ou un livre (il en existe de nombreux) pour raconter l’histoire. On peut aussi la jouer avec des personnages Playmobil®. Pour s’assurer de la compréhension du texte, faire rejouer la scène aux enfants à l’aide des figurines.

Discussion

Quelques questions pour entrer dans le texte :

  •  Quels sont les personnages de la parabole ?
  • Des trois personnages (le fils cadet, le fils aîné, le père), qui s’est trompé ? qui a eu raison ? Pourquoi ?
  • Qu’est-ce qui a permis au fils le plus jeune de découvrir qu’il s’était trompé ? Quelle était son erreur ? Est-ce qu’il a eu tort de vouloir vivre sa vie ou est-ce qu’il s’est trompé sur sa façon de voir son père ?
  • Pourquoi le fils aîné est-il certain d’avoir raison ? Que faudrait-il pour qu’il découvre qu’il se trompe lui aussi ?
  • Duquel des deux fils vous sentez-vous le plus proche ? Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de vous rendre compte que vous aussi vous vous trompez ?
  • À qui faites-vous le plus confiance ? Pourquoi ? Est-ce que vous pensez qu’il ou elle ne se trompe jamais ?

Être témoin

  • Est-ce que c’est très grave de se tromper ? Pourquoi ?
  • Est-ce que vous pensez que les adultes se trompent aussi parfois ? Pourquoi ? C’est ici l’occasion pour les catéchètes de témoigner de leurs erreurs…
  • Que nous inspire l’attitude du père ? Est-ce normal ? C’est aussi l’occasion ici de témoigner de l’amour de Dieu pour nous en dépit de nos doutes et de nos erreurs.

 

Activité : chemin à trouver, coloriage de la parabole

Autres coloriages et support de l’histoire en images dans les annexes images ou sur le blog « catessentiel » https://kt100ciel.blogspot.fr/

 

Prière

Jésus tu es mon ami

Alors je peux te dire la vérité

C’est vrai que je veux toujours avoir raison

Je sais que tu ne m’en veux pas

Je me sens plus léger

Parce que je peux t’avouer

Que je me suis déjà trompé.

 

OPTION 2 : la manipulation

 

Objectif de Séance

Pour porter des fruits, la Parole de Dieu doit être semée dans une bonne terre, c’est-à-dire à l’abri des menaces extérieures : « Celui qui a été ensemencé dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et comprend » (Matthieu 13.3-9,18-23)

 

Accroche

Une chanson à apprendre : Les étiquettes, de Noël Colombier.

 

 Le texte biblique : Matthieu 13.3-9,18-23

Quelles sont les bonnes conditions pour accueillir la Parole et en porter les fruits ? Être à l’abri des menaces de ceux qui cherchent à s’emparer de nous, et éviter d’être encombré et influencé par les éléments extérieurs.

Celui qui, comme Ravaillac, se laisse manipuler par des personnes extérieures, est comme la graine semée au bord du chemin : elle est exposée à la menace des oiseaux, à la menace du Mal qui « vient et s’empare de ce qui a été semé » (v. 18). Au contraire, pour que la Parole de Dieu puisse germer, pousser et porter des fruits, elle doit tomber dans une terre bien préparée, dans un sol meuble, où les graines s’enfoncent et où les futures racines pourront s’élancer en profondeur.

 

Activité manuelle

Fabriquer avec les enfants un semoir pour faire germer des graines (fleurs, céréales ou lentilles) :

  • Des récipients (boîte à œufs, coquilles d’œufs, petits pots de yaourt…)
  • Terreau
  • Graines (lentilles ou autres)

Idées de semoirs : https://magazine.laruchequiditoui.fr/semis-100-recup/

 

Temps de prière

Un temps de prière libre où chacun peut s’exprimer pour demander à Dieu sa protection pour que sa Parole grandisse en nous.