Séquence 5 : Animation pour 4-6 ans

Objectifs pédagogiques

  • Je réalise que j’ai le droit de me tromper, l’important c’est que je sois sincère, de tout mon cœur.
  • Luc 15.3-7 (La brebis perdue) + Marc 10.13-16; Romains 2.12-16 ; Psaume 119.9-11 ; Jacques 5.1-20.

 

Accroche : les illusions d’optique

Pour aborder la problématique des divergences de points de vue sur un même support / objet d’étude, on peut partir d’une image qui n’est généralement pas perçue ou lue de la même façon par tout le monde.

Trompe l'oeil

Consigne : Voici une image un peu spéciale : tout le monde n’y verra peut-être pas la même chose ! Dites en un mot ce que vous voyez, et justifiez votre réponse en décrivant les détails qui vous ont amené à donner cette interprétation de l’image.

Solution : soit on voit une vieille dame au nez crochu coiffée d’un fichu, soit on voit une jeune femme brune vue de profil, qui tourne la tête vers l’arrière.

 

Le texte Biblique : Luc 15.3-7 La brebis perdue

Ce récit très connu est l’occasion pour les enfants de comprendre qu’une personne peut s’égarer dans sa vie (dans un sens moral ou spirituel), mais que Dieu cherche à ramener tous les hommes, les femmes, et bien sûr les enfants à lui, dans sa « bergerie ».

Cet égarement peut amener une personne à s’éloigner de la vérité et peut concerner aussi bien un enfant né dans une famille chrétienne qu’un non-chrétien.

Dieu est capable de sonder nos cœurs et nos consciences, il peut comprendre quand une personne est égarée, c’est-à-dire qu’elle a fait une erreur, un faux pas, même un péché. Dieu lui manifeste encore son amour et lui donne l’occasion de venir à lui.

Pour les enfants, on peut leur rappeler ce passage de Marc 10.13-16 qui montre que l’innocence, un cœur pur et la sincérité spontanée des enfants sont essentiels pour accéder aux vérités du royaume :

Des gens amènent des enfants à Jésus pour qu’il les touche. Mais les disciples leur font des reproches. En voyant cela, Jésus se met en colère et il dit à ses disciples : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas. En effet, le Royaume de Dieu appartient à ceux qui sont comme les enfants. Je vous le dis, c’est la vérité : si quelqu’un ne reçoit pas le Royaume de Dieu comme un enfant, cette personne ne pourra jamais y entrer. »

Ensuite, Jésus embrasse les enfants et il les bénit en posant les mains sur leur tête. (traduction PDV)

À titre indicatif (sans toutefois l’aborder avec les enfants) on peut également se référer au passage de Romains 2.12-16

Tous ceux qui ont péché sans la loi périront aussi sans la loi, et tous ceux qui ont péché avec la loi seront jugés par la loi. Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes ; ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour. C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Evangile, Dieu jugera par Jésus-Christ les actions secrètes des hommes.

Psaume 119.9-11

Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. Je te cherche de tout mon cœur : ne me laisse pas égarer loin de tes commandements ! Je serre ta parole dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi.

Jacques 5.1-20

Mes frères, si quelqu’un parmi vous s’est égaré loin de la vérité, et qu’un autre l’y ramène, qu’il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.

Être témoin

Demander aux enfants d’apporter un témoignage sur une situation concrète où ils se sont sentis perdus, abandonnés, et sur le soulagement ressenti au moment d’être retrouvé.

Demander aussi à un catéchète, une personne de la paroisse etc., de témoigner par exemple, à partir d’un souvenir d’enfant qui pensait que Dieu (ou que les parents) ne l’aimait plus parce qu’il avait fait une grosse bêtise ; puis qu’il avait compris (et qu’il explique comment il a compris cela) Dieu (les parents aussi) l’aimait toujours et l’aimerait toujours quoi qu’il ait fait !

 

Vidéo

Sans paroles : 

Racontée :

 

Activité d’appropriation : les moutons en pompons

Fabriquer un mouton en pompon 

 

Temps de prière

  • Utiliser un support de prière (galet ou autre) à venir déposer dans un lieu symbolique au centre du groupe : pour trouver des bonnes idées de support de prière pour les petits, voir sur youtube :
  • Support verbal : pardon, merci, s’il te plait…
  • Petit texte en rapport avec le thème, une phrase que les enfants peuvent apprendre par cœur pour la redire ensuite à la maison au moment du coucher avec leurs parents ; par exemple :

« Seigneur quand je suis seul dans mon lit et que j’ai peur, je sais que tu es là. Ton amour me réchauffe comme le soleil et je t’aime. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s